Aquitaine Cap Métiers

Bannière
Rendez-vous sur notre site pour les professionnels afin de vous connecter ou créer un compte
< retour

Actu

Une analyse de la mobilité résidentielle des jeunes bacheliers néo-aquitains

L’Insee a analysé les déménagements des jeunes néo-aquitains occasionnés par leur poursuite d’études dans l’enseignement supérieur et leur insertion dans la vie active.

Une fois bacheliers, de très nombreux jeunes quittent le domicile familial. Une grande partie rejoint une zone riche en offres de formation, alors que d’autres se rapprochent d’un pôle d’emploi. En 2015, plus de la moitié (55%) des bacheliers poursuivant des études ont déménagé, tandis que les autres ont opté pour des navettes quotidiennes.

Alors que dans les territoires limitrophes de Bordeaux, Limoges et Poitiers, les futurs étudiants peuvent choisir de déménager ou d’effectuer des trajets quotidiens plus longs, ce changement de résidence devient quasiment obligatoire pour les jeunes originaires des zones plus éloignées des centres universitaires.

Outre la zone de résidence d’origine, l’Insee souligne que le capital éducatif, économique et culturel de l’environnement familial influe également dans le choix de la filière post-bac et du lieu d’études, particulièrement dans les zones offrant un éventail plus restreint de formations.

L’Insee a constaté, par exemple, que les sections de techniciens supérieurs (STS), disponibles dans de nombreuses zones, sont choisies par un tiers des bacheliers de la catégorie « défavorisée », alors que pour les grandes écoles et les universités de sciences et de santé la moitié de leurs étudiants sont issus de la catégorie « très favorisée », pour seulement 14 % de la catégorie « défavorisée ».

► En savoir +